Le parc de logements

Mis à jour le 17/07/2017

Le mouvement de desserrement des agglomérations de Blois et d’Orléans et la réduction de la taille des ménages ont impacté fortement la structure du parc de logements du département. Cette dernière s'est considérablement modifiée depuis 1999 : croissance soutenue du nombre des résidences principales sur une partie du territoire départemental, parc des résidences secondaires qui se contracte légèrement et davantage de logements vacants en raison notamment des projets de restructuration urbaine à Blois et Romorantin.

  1. Un parc de logements en augmentation
  2. Un rythme d’accroissement soutenu du nombre de résidences principales sur une partie du territoire départemental
  3. Moins de résidences secondaires
  4. Davantage de logements vacants

 

Un parc de logements en augmentation

  • En 2014, le parc total du département comprend 180 670 logements.
  • Depuis 2009, il s’est accru de près de 7 130 unités (+ 4,1 %). L’évolution est semblable à celle de la région, mais se situe en-dessous de la moyenne nationale (+ 5,5 %).

 

Répartition du parc de logements selon le type en Loir-et-Cher

 Résidences principalesRésidences secondaires et logements occasionnelsLogements vacantsEnsemble
1999 130 601 15 567 10 782 156 950
2009 143 246 15 004 15 290 173 540
2014 148 134 14 384 18 151 180 669

D'après source : INSEE, RP

Evolution du nombre de logements par type de résidence entre 2009 et 2014 (en %)

D'après source : INSEE, RP 2009 et 2014

 

Un rythme d’accroissement soutenu du nombre de résidences principales sur une partie du territoire départemental

  • Croissance forte du parc de résidences principales (4 887 unités supplémentaires).
  • L'augmentation sensible du nombre de résidences principales constaté le long de la Loire, dans le Controis et le Grand Chambord et les zones proches du Loiret semble correspondre au desserrement des aires urbaines de Blois et d’Orléans.
  •  Le phénomène est particulièrement marqué dans la partie nord-est du département où le nombre de ménages a augmenté bien plus fortement que celui des logements.

 

Moins de résidences secondaires

  • Le nombre des résidences secondaires et des logements occasionnels est en baisse de - 4,1 % alors qu'il enregistre une  hausse au niveau national (+ 4,9 %).

 

Davantage de logements vacants

  • Forte augmentation de la vacance (+ 2 861 logements). Rappelons qu’elle est en bonne partie liée aux projets de restructuration urbaine à Blois et Romorantin.

 

Définitions
Une résidence secondaire est un logement utilisé pour les week-ends, les loisirs ou les vacances. Les logements meublés loués (ou à louer) pour des séjours touristiques sont également classés en résidences secondaires. La distinction entre logements occasionnels et résidences secondaires est parfois difficile à établir, c'est pourquoi, les deux catégories sont souvent regroupées.
Un logement occasionnel est un logement ou une pièce indépendante utilisée occasionnellement pour des raisons professionnelles (par exemple, un pied-à-terre professionnel d'une personne qui ne rentre qu'en fin de semaine auprès de sa famille).
Les logements vacants comprennent les logements ordinaires sans occupant disponibles à la vente ou à la location, les logements neufs ou achevés mais non encore occupés à la date du recensement ainsi que les logements, autres que les résidences secondaires, que les titulaires n'occupent pas à la date du recensement : en attente de règlement de succession, de liquidation judiciaire, etc. , conservés par un employeur pour un usage futur au profit d'un de ses employés, conservés par le propriétaire pour un usage futur au profit de parents ou d'amis, gardés vacants et sans affectation précise par le propriétaire.
D’après source INSEE (RP)

 

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.