Pauvreté

Plus de 41 000 habitants en situation de pauvreté en 2014

12,7 % des habitants du Loir-et-Cher vivent en dessous du seuil de pauvreté. Ce taux est sensiblement inférieur à celui observé pour l’ensemble de la France métropolitaine (14,7 %). Le département se classe au 30e rang de métropole mais il perd 5 places dans le classement par rapport à 2012, le taux y augmentant un peu plus vite (+ 0,6 point en 2 ans contre 0,4 en moyenne nationale).

Aucune donnée plus récente n’est disponible à l’échelle des départements, mais les dernières estimations de l’INSEE indiquent une légère amélioration au niveau national en 2016.

 

La pauvreté affecte plus fortement certaines catégories de la population

Entre 2012 et 2014, le Loir-et-Cher compte près de 1 900 personnes supplémentaires en situation de pauvreté, soit une hausse de 4,8 % en 2 ans.

Evolution du taux de pauvreté

D’après sources : INSEE, FiLoSoFi 2014

  • 28 % des ménages locataires sont pauvres, contre seulement 6 % des ménages propriétaires.
  • De toutes les compositions familiales, les familles monoparentales sont les plus exposées (30 % d’entre elles vivent sous le seuil de pauvreté).
  • Le niveau de vie médian des personnes sous le seuil de pauvreté est de 800 € par mois en 2014.

 

Ces caractéristiques sont assez similaires à celles observées pour la France métropolitaine.

  • Le département enregistre moins de ménages pauvres parmi ceux de 75 ans et plus (6,4 %, soit 2,2 points de moins qu’en moyenne métropolitaine). Parallèlement, il compte peu de bénéficiaires du minimum vieillesse : 17 pour 1 000 personnes âgées de 60 ans et plus en moyenne en 2015, contre 30 en France métropolitaine (DREES), soit le taux le plus bas de métropole.
  • La pauvreté est étroitement liée au chômage : 58 % des ménages déclarant des indemnités chômage pour principales ressources sont pauvres (3 points de plus qu’au niveau national),
  • mais l’emploi ne protège que partiellement de la pauvreté puisque 10 % des ménages déclarant comme principale source de revenu des salaires et traitements vivent en dessous du seuil de pauvreté et 16 % de ceux déclarant principalement des revenus d'activité non-salariée dans le Loir-et-Cher (19,6 % en France métropolitaine).

Taux de pauvreté selon la composition familiale en 2014

D’après sources : INSEE, FiLoSoFi 2014

 

Taux de pauvreté selon l'âge en 2014

D’après sources : INSEE, FiLoSoFi 2014

Taux de pauvreté : Il correspond à la proportion d'individus dont le niveau de vie est inférieur pour une année donnée à un seuil, dénommé seuil de pauvreté (exprimé en euros).
Le seuil de pauvreté est déterminé par rapport à la distribution des niveaux de vie de l'ensemble de la population. Eurostat et les pays européens utilisent en général un seuil à 60 % de la médiane des niveaux de vie. Il est de 1 008 € pour une personne seule en 2014.

 

Des territoires plus affectés par la précarité

  • La précarité est un phénomène prioritairement urbain du fait de la concentration d'habitat social et de la présence de nombreux services d'accueil et d'accompagnement des personnes en situation de précarité. C'est donc à Blois, Vendôme et Romorantin-Lanthenay que l'on rencontre la plus forte proportion de ménages cumulant un ensemble de difficultés économiques et sociales.
  • C'est également le cas de la majeure partie de la Vallée du Cher et dans deux secteurs frappés par une perte de vitalité économique et démographique : autour de Salbris et dans le Perche en bordure de la Sarthe.

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.